Commission des Titres d'Ingénieur
Commission des Titres d’Ingénieur Accueil du site > FAQ (Questions fréquentes)

FAQ (Questions fréquentes)

Vous vous posez des questions sur la CTI, le titre d’ingénieur, les études et le métier d’ingénieur, il est toujours possible d’utiliser le formulaire de contact.
Mais auparavant, vérifiez si la réponse à votre question n’existe pas dans cette rubrique.
Elle est composée à partir des questions les plus fréquemment posées dans la rubrique Contacts ou les plus fréquemment traitées dans les forums d’étudiants.

Choisissez d’abord votre profil et regardez les questions posées, en un seul clic vous aurez la réponse.

Votre profil

- Vous vous posez des questions sur la CTI et le titre d’ingénieur
- Vous voulez intégrer une école d’ingénieurs
- Vous êtes élève d’une école d’ingénieurs
- Vous êtes diplômé(e) d’une école d’ingénieurs
- Vous avez un diplôme français ou étranger et voudriez obtenir un titre d’ingénieur


Les questions

Questions sur la CTI et le titre d’ingénieur

- Pourquoi la CTI a-t-elle été créée ?
- La CTI est une commission de fonctionnaires pour les écoles publiques (lu sur internet) ?.
- La CTI est-elle reconnue hors de France ?
- J’ai lu qu’une université chinoise délivrait un titre d’ingénieur habilité ; est-ce possible ?
- Est-ce que le mot ingénieur/engineer a le même sens dans tous les pays
- Qu’est-ce qu’un ingénieur diplômé ?
- Est-il possible de devenir ingénieur par l’apprentissage ?
- J’ai entendu parler du titre d’Ingénieur Diplômé par l’Etat (IDPE), qu’est-ce que c’est ?
- Est-il possible d’obtenir le titre d’ingénieur par validation de l’expérience (VAE) ?
- En quoi consiste l’habilitation ?
- Quelle est la différence entre accréditation et habilitation ?
- Je suis étudiant dans un établissement qui vient d’être habilité, qu’est-ce que cela change pour moi ?
- Mon cousin a été embauché comme ingénieur par une entreprise qui ne tient aucun compte des habilitations de la CTI !
- Comment puis-je m’inscrire dans votre école ?
- La CTI a des exigences fortes pour les diplômes des écoles habilitées (niveau d’anglais certifié, durée de stages en entreprises, etc.), sur quels textes officiels se base-t-elle ?
- Qu’est-ce qui justifie l’existence d’une organisation bureaucratique comme la CTI ?
- La durée normale de l’habilitation d’un titre d’ingénieur est de 6 ans, j’ai vu des écoles habilitées pour 3 ans ou moins, Pourquoi ?
- Pourquoi des écoles non habilitées peuvent-elles préparer au BTS et pas au titre d’ingénieur ?

Retour en haut de liste

Intégrer une école d’ingénieurs

- Une école que j’aimerais intégrer, est-elle habilitée par la CTI ?
- Je veux intégrer une école d’ingénieurs, pouvez-vous m’indiquer quelles sont les meilleures ?
- Qu’est-ce qu’une école reconnue par l’État ?
- Est-il possible de devenir ingénieur par l’apprentissage ?
- Pour une école privée, être inscrite au répertoire RNCP est un meilleur gage de qualité que l’habilitation. Est-ce vrai ?
- Sur internet, j’ai vu des CV « d’ingénieurs diplômés » de l’Ecole chez soi, Supinfo, 4IM ou l’EPSI ; ces écoles sont-elles habilitées ?
- Mon cousin a été embauché comme ingénieur par une entreprise qui ne tient aucun compte des habilitations de la CTI !
- Pourquoi des écoles non habilitées peuvent-elle préparer au BTS et pas au titre d’ingénieur ?
- Les écoles habilitées par la CTI sont-elles meilleures que les autres ?
- Peut-on obtenir le titre d’ingénieur dans une université ?
- J’ai entendu dire que les écoles sont classées en groupe (I, II, III...), pouvez-vous me dire à quel groupe appartient mon école ?
- La durée normale de l’habilitation d’un titre d’ingénieur est de 6 ans, j’ai vu des écoles habilitées pour 3 ans ou moins, Pourquoi ?
- Je suis candidat à une école non habilitée, ils m’ont dit qu’ils ont un dossier en cours à la CTI. ?
- Mon fils veut intégrer une école d’informatique, pourquoi n’est-elle pas habilitée ?
- J’ai un handicap d’audition et d’expression orale, comment puis-je satisfaire les critères de la CTI pour l’anglais ?
- Pourquoi la CTI n’est pas favorable au titre d’ingénieur manager ?

Retour en haut de liste

Elève d’une école d’ingénieurs

- Mon école est-elle habilitée par la CTI ?
- Les écoles habilitées par la CTI sont-elles meilleures que les autres ?
- Je suis étudiant dans un établissement qui vient d’être habilité, qu’est-ce que cela change pour moi ?
- J’ai entendu dire que la CTI était opposée à l’année de césure, est-ce vrai ?
- Je suis élève d’une école d’ingénieurs habilitée par la CTI, j’estime qu’une décision de redoublement me concernant est injuste ; la CTI peut-elle m’aider ?
- J’ai entendu dire que les écoles sont classées en groupe (I, II, III...), pouvez-vous me dire à quel groupe appartient mon école ?
- J’ai un handicap d’audition et d’expression orale, comment puis-je satisfaire les critères de la CTI pour l’anglais ?
- Pourquoi la CTI exige-t-elle qu’un élève passe un temps d’étude minimum dans une école pour avoir son diplôme ?

Retour en haut de liste

Vous êtes diplômé(e) d’une école d’ingénieurs

- J’ai entendu dire que les écoles sont classées en groupe (I, II, III...), pouvez-vous me dire à quel groupe appartient mon école ?
- Je veux travailler à l’étranger, mon diplôme français d’ingénieur est-il reconnu internationalement ?
- Je veux aller travailler au Québec, comment faire reconnaître mon diplôme d’ingénieur ?
- La CTI est-elle reconnue hors de France ?
- Ingénieur diplômé, puis-je m’inscrire en doctorat ?
- J’ai perdu l’original de mon diplôme, que faire ?

Retour en haut de liste

Obtenir un titre d’ingénieur

- Qu’est-ce qu’un ingénieur diplômé ?
- Mon école n’est pas habilitée par la CTI, puis-je devenir ingénieur ?
- Est-il possible d’obtenir le titre d’ingénieur par validation de l’expérience (VAE) ?
-J’ai entendu parler du titre d’Ingénieur Diplômé par l’Etat (IDPE), qu’est-ce que c’est ?
- Je suis technicien supérieur et ai travaillé depuis plusieurs années comme cadre, puis-je obtenir le titre d’ingénieur diplômé ?
- J’ai un titre d’ingénieur par la VAE décerné par l’UMI (par exemple, il y en a beaucoup d’autres), est-il reconnu par la CTI ?
- Je suis diplômé d’une école d’ingénieur étrangère, comment puis-je faire reconnaître mon diplôme en France ?
- J’ai lu qu’une université chinoise délivrait un titre d’ingénieur habilité ; est-ce possible ?
- J’ai un diplôme de master dans un domaine scientifique ou technique, je voudrais obtenir le titre d’ingénieur ?
- Pourquoi le doctorat en ingénierie ne donne-t-il pas le titre d’ingénieur ?

Retour en haut de liste


Les réponses

1. Mon école est-elle habilitée par la CTI ?
Régulièrement, la liste des écoles habilitées, avec l’intitulé des diplômes qu’elles préparent, est publiée au Journal Officiel. Voir la plus récente sur le site de la CTI. Retour en haut de liste

2. Mon école n’est pas habilitée par la CTI, puis-je devenir ingénieur ?
La profession d’ingénieur n’est pas règlementée en France (à l’inverse de celle d’avocat, d’architecte ou de chauffeur de taxi) ; donc une entreprise peut embaucher quelqu’un comme ingénieur, même s’il n’a pas de diplôme d’ingénieur.
En revanche, le titre d’ingénieur diplômé est règlementé et ne peut être délivré que par les écoles habilitées à cet effet via la CTI. Retour en haut de liste

3. Qu’est-ce qu’un ingénieur diplômé ?
C’est un ingénieur ayant suivi avec succès une formation ou validé une expérience conduisant à l’obtention d’un titre d’ingénieur diplômé d’une école habilitée à délivrer ce titre.
Cette habilitation de l’école est obtenue via la CTI.
Son diplôme lui donne le grade de master, qui est la norme internationalement reconnue des études à bac+5. Retour en haut de liste

4. En quoi consiste l’habilitation ?
Le titre d’ingénieur diplômé relève des missions de la CTI depuis 1934.
La CTI est composée de 32 membres 16 représentants du monde de l’entreprise (8 représentants des organisations d’employeurs, 8 représentants des syndicats de cadres et associations d’ingénieurs) 16 représentants du monde académique (écoles et universités)

La CTI définit un cahier des charges très précis, qui permet de garantir la qualité de la formation : moyens, qualité de l’encadrement, liens avec les entreprises, compétences scientifiques et professionnelles des diplômés, ouverture internationale, démarche d’amélioration continue... Cette qualité est vérifiée par une visite d’experts sur les sites de formation. Ce cahier des charges est public.
Les ministères concernés habilitent les écoles publiques sur avis de la CTI. La CTI décide pour les écoles privées. L’habilitation est accordée pour une durée maximale de 6 ans. Retour en haut de liste

5. Sur internet, j’ai vu des CV « d’ingénieurs diplômés » de l’Ecole chez soi, Supinfo, 4IM ou l’EPSI ; ces écoles sont-elles habilitées ?
Ils sont dans l’illégalité ; la loi dit :
Code de l’éducation, article L642-2 :
Les personnes qui s’intitulent « ingénieur diplômé » doivent faire suivre immédiatement cette mention d’un des titres d’ingénieur créés par l’État ou reconnus par l’État, ou d’un des titres d’ingénieur légalement déposés conformément aux articles L642-4 et L642-10.
Voici ce qu’elles risquent :
Code pénal, article 433-17 :
L’usage, sans droit, d’un titre attaché à une profession réglementée par l’autorité publique ou d’un diplôme officiel ou d’une qualité dont les conditions d’attribution sont fixées par l’autorité publique est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende. Retour en haut de liste

6. Qu’est-ce qu’une école reconnue par l’État ?
En France l’enseignement supérieur est libre. Les écoles privées peuvent être reconnues par l’État ; cette reconnaissance résulte d’une procédure administrative, qui assure à leurs élèves le statut d’étudiant (œuvres universitaires, bourses...). Elle concerne l’établissement et non telle ou telle formation ou diplôme en particulier. Retour en haut de liste

7. Pour une école privée, être inscrite au répertoire RNCP est un meilleur gage de qualité que l’habilitation. Est-ce vrai ?
Le répertoire RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) rassemble la liste des diplômes et titres à finalité professionnelle ainsi que des certificats de qualification, notamment ceux établis par les branches professionnelles. Il fournit une indication d’un niveau de formation et un descriptif des compétences professionnelles relatives à un ou des métiers.

L’inscription au répertoire des diplômes qui ne sont pas délivrés au nom de l’État (par exemple « expert en ingénierie ») nécessitent un avis de la Commission nationale des certifications professionnelle.

Ceux qui sont délivrés au nom de l’État (notamment les titres d’ingénieur) et créés après avis d’instances consultatives (notamment la CTI) sont enregistrés de droit dans ce répertoire.
Ainsi toutes les formations conduisant au titre d’ingénieur diplômé sont inscrites au RNCP, l’habilitation donnant une forte garantie de validation. Une formation d’ingénieur habilitée doit en effet satisfaire un cahier des charges précis, avoir été expertisée sur place par une équipe (mixte académique et entreprise, souvent avec des experts étrangers), est suivie régulièrement. Elle donne droit au grade de master reconnu internationalement.
La CTI elle-même est contrôlée par des organismes internationaux. Retour en haut de liste

8. Comment puis-je m’inscrire dans votre école ?
La CTI n’est pas un organisme d’information ni une université ou une école, mais un organisme qui accrédite (évalue et donne le droit de délivrer le titre d’ingénieur) les écoles françaises et étrangères.
Les étudiants étrangers qui désirent poursuivre des études d’ingénieur en France doivent s’adresser directement aux établissements.
Voir les sites :

9. Je suis diplômé d’une école d’ingénieur étrangère, comment puis-je faire reconnaître mon diplôme en France ?
La profession d’ingénieur n’est pas réglementée en France (à l’inverse de celle d’avocat, d’architecte ou de chauffeur de taxi) ; donc une entreprise peut embaucher quelqu’un comme ingénieur, même s’il n’a pas de diplôme d’ingénieur.
Par contre, le titre d’ingénieur diplômé - gage de reconnaissance automatique - est réglementé. Le titre d’ingénieur diplômé n’est délivré que par les écoles françaises ou étrangères, habilitées via la CTI.
Une personne qui souhaite faire reconnaître un diplôme étranger, doit s’adresser à l’organisme international ERIC-NARIC dont le site en France est : http://www.ciep.fr/enic-naric-france . Retour en haut de liste

10. Je suis élève d’une école d’ingénieurs habilitée par la CTI, j’estime qu’une décision de redoublement me concernant est injuste ; la CTI peut-elle m’aider ?
La CTI n’a pas de préconisation particulière pour les redoublements.
Dans l’habilitation des écoles, elle suit les taux de redoublement pour voir si les formations sont adaptées à leur public. Mais elle ne traite pas des cas individuels.
En fait, c’est le règlement des études -qui doit vous être accessible- qui fait foi, il doit prévoir les conditions de passage (et de non passage) à l’année suivante.
Si une discussion avec la direction de l’école n’éclaircit pas la question, l’ultime recours est le tribunal administratif (écoles publiques) qui juge sur la forme juridique et non sur le fond.
Il faut donc être conscient que si les modalités du règlement des études ont été respectées, le principe de la souveraineté des jurys prévaut. Retour en haut de liste

11. La CTI a des exigences fortes pour les diplômes des écoles habilitées (niveau d’anglais certifié, durée de stages en entreprises, etc.), sur quels textes officiels se base-t-elle ?
La CTI est totalement responsable du référentiel pour l’habilitation des écoles d’ingénieurs. Pour fixer ce référentiel, la CTI prend l’avis de ses partenaires : représentants des entreprises, des écoles, des ministères, des étudiants, etc. Puis elle l’adopte en toute indépendance.

Le référentiel évolue pour prendre en compte les nouvelles exigences du métier d’ingénieur : la dernière version est disponible sur le site de la CTI (voir notamment Références et Orientations 2006)
Par exemple, le développement récent de la formation des ingénieurs par apprentissage a conduit la CTI à en préciser les « règles du jeu ». Retour en haut de liste

12. Je veux travailler à l’étranger, mon diplôme français d’ingénieur est-il reconnu internationalement ?
Les conditions d’exercice du métier d’ingénieur sont très variables dans le monde :
- Dans certains pays (USA par exemple), les ingénieurs ont le niveau bachelor/licence ; dans d’autres ils ont le niveau master ; dans certains pays, les 2 niveaux coexistent.
- Dans certains pays, pour exercer le métier d’ingénieur, il faut être inscrit à un ordre des ingénieurs (au Canada, par exemple), cette inscription est liée à un niveau académique et à une expérience professionnelle minimale.

Pour valoriser votre diplôme à l’étranger (1 jeune ingénieur diplômé sur 6 travaille à l’étranger pendant les premières années de sa carrière), voici quelques éléments :

  • Le titre d’ingénieur diplômé français donne le grade de master (Master of Science and Engineering) selon la loi française et le système européen (LMD, 300 crédits ECTS après les études secondaires). Le fait d’avoir le grade de master donne accès aux études doctorales (thèse de doctorat).
  • Le titre d’ingénieur diplômé est reconnu professionnellement. Si en France, il n’y pas d’ordre des ingénieurs, les entreprises considèrent que la CTI (où elles sont représentées par la moitié des membres) joue le rôle de régulateur.
  • Le titre d’ingénieur français est reconnu dans l’espace européen ; la CTI fait partie du programme EUR-ACE, qui labellise les agences d’accréditation de formations d’ingénieurs. Elle est une des premières en Europe à obtenir le label EUR-ACE.
  • Enfin, le titre d’ingénieur français a une forte notoriété internationale ; pour preuve, de nombreuses formations étrangères (Suisse, Belgique, Chine, Maroc, Italie, Allemagne, Bulgarie,…) demande à être accréditées par la CTI
    La CTI négocie des accords pour l’exercice de la profession d’ingénieur (voir question 13). Retour en haut de liste

13. Je veux aller travailler au Québec, comment faire reconnaître mon diplôme d’ingénieur ?
Au Canada, pour exercer le métier d’ingénieur, il faut être inscrit à l’ordre des ingénieurs du Canada (IC, Ingénieurs Canada http://www.engineerscanada.ca/f/ ), cette inscription est liée à un niveau académique et à une expérience professionnelle minimale.
La CTI a conclu un accord avec IC, qui facilite grandement l’inscription des diplômés ingénieurs des écoles habilitées par la CTI : reconnaissance académique et prise en compte des stages obligatoires dans l’expérience professionnelle.
Un accord qui décline pour le Québec l’accord général va être signé incessamment (cela concerne plus de 100 diplômés par an). Retour en haut de liste

14. Je veux intégrer une école d’ingénieurs, pouvez-vous m’indiquer quelles sont les meilleures ?
La CTI ne fait pas de classement des écoles ; son objectif est la garantie de la qualité de la formation de l’ensemble des 220 écoles habilitées. C’est l’intérêt des élèves et des entreprises qui les embauchent. La CTI fixe des critères exigeants pour tous ; ensuite les écoles déterminent leur stratégie, leur profil de formation, les publics visés, etc.
La CTI estime donc que classer les écoles n’est pas dans ses missions ; de plus, « classer » nécessite de donner des poids relatifs à des critères qui diffèrent selon les publics (par exemple la qualité de la vie dans une école importe plus aux jeunes candidats qu’aux employeurs)
En revanche, les magazines et les journaux en publient tous les ans des classements : cela relève plus de la communication que de l’information. Ces classements sont basés sur des questionnaires aux questions parfois ambigües, aux indicateurs parfois inadaptés et des réponses non validées des écoles. Retour en haut de liste

15. J’ai entendu dire que les écoles sont classées en groupe (I, II, III...), pouvez-vous me dire à quel groupe appartient mon école ?
La CTI ne classe pas les écoles (voir question 14) et donc n’a aucune raison de communiquer sur ces classements.
Des groupes de DRH –de manière officieuse- ou des magazines classent en effet les écoles par groupes. En général, ces classements sont corrélés avec les salaires d’embauche des jeunes diplômés. Voir par exemple : celui d’Usine Nouvelle 2006 sur son site web.
Pour la CTI, l’information la plus documentée et sérieuse vient de l’enquête annuelle du CNISF. Le rapport très détaillé du CNISF montre que le salaire initial dépend de plusieurs paramètres, dont la notoriété de l’école mais aussi du secteur d’activité. Retour en haut de liste

16. Qu’est-ce qui justifie l’existence d’une organisation bureaucratique comme la CTI ?
La CTI n’est pas bureaucratique : elle est composée de professionnels issus soit du monde économique (organisations professionnelles ou association/syndicats d’ingénieurs), soit des écoles (ayant tous une expérience de formation d’ingénieurs). Elle visite périodiquement les écoles –avec un expert étudiant depuis 2007- pour s’assurer que les standards nationaux et européens sont effectivement appliqués.

La CTI établit des normes pour la formation des écoles et les incite fortement à améliorer la qualité de leurs formations. Dans le monde entier, en raison des responsabilités qu’ils occupent les métiers et formations d’ingénieurs sont supervisés –chaque pays ayant ses modalités particulières. En France c’est la CTI qui joue ce rôle.

En quoi avez-vous plus confiance ? En une formation « d’ingénierie » autoproclamée d’excellence à coup de pub dans les médias, ou en une formation qui est régulièrement auditée et doit rendre compte de ses moyens, de la qualité de son corps enseignant, de sa pédagogie, du placement de ses diplômés, etc... Retour en haut de liste

17. La CTI est-elle reconnue hors de France ?
La CTI est membre des principales organisations européennes responsables de l’évaluation de l’enseignement supérieur. Elle fait l’objet d’audits réguliers d’experts internationaux qui viennent analyser ses procédures et la qualité de son travail (voir un exemple de rapport d’audit).

Elle est membre de EQAR, le registre européen qui recense les agences qui satisfont les normes les plus exigeantes de l’espace européen.

Elle est une des premières instances ayant obtenu le label EUR ACE des agences d’accréditation de formation d’ingénieur.

Elle est sollicitée par des dizaines de formations en Europe, en Afrique et en Asie, qui souhaitent être accréditées par elle. Retour en haut de liste

18. J’ai un diplôme de master dans un domaine scientifique ou technique, je voudrais obtenir le titre d’ingénieur ?
Le titre d’ingénieur donne de droit le grade de master, donc un diplôme d’ingénieur et un grade de master sont équivalents pour la poursuite d’études (Doctorat) ou la candidature à des concours de niveau bac+5.
Mais les deux diplômes ne sont pas équivalents en ce qui concerne la certification de compétences professionnelles (recrutement par les entreprises, prise en compte par les conventions collectives,…) .

Pour obtenir le titre, la reprise d’études est toujours possible et vous pouvez passer 4 semestres d’études dans une école d’ingénieur habilitée.

Une autre solution est de vous engager dans la vie professionnelle, et avec une expérience de plusieurs années au niveau ingénieur dans une entreprise, vous pouvez obtenir le titre par validation de votre expérience par une école habilitée (VAE)

Le titre d’ingénieur ne peut être délivré que par une école habilitée (via la CTI) à des élèves y ayant effectué au minimum 4 semestres d’études. Retour en haut de liste

19. Pourquoi le doctorat en ingénierie ne donne-t-il pas le titre d’ingénieur ?
Il ne faut pas confondre niveau académique (le doctorat est « supérieur » de ce point de vue au grade de master) avec certification de compétences professionnelles.
Le titre et ou le métier d’ingénieur sont réglementés dans la plupart des pays ; en France c’est la CTI : organisme indépendant, paritaire académique / professionnel, qui est responsable du titre d’ingénieur diplômé. Retour en haut de liste

20. La durée normale de l’habilitation d’un titre d’ingénieur est de 6 ans, j’ai vu des écoles habilitées pour 3 ans ou moins, Pourquoi ?
Les formations habilitées par la CTI sont réexaminées tous les 6 ans par secteur géographique ; en 2009-2010, ce sont les écoles du Nord et de l’Est, par exemple. Mais les écoles peuvent déposer des demandes de nouvelles formations dans l’intervalle ; dans ce cas, si elles sont habilitées, elles le sont pour la durée restant avant le prochain examen périodique – donc inférieure à 6 ans.

Par ailleurs, lors de l’examen périodique, la CTI souligne les points forts et les points faibles de la formation ; si ces derniers lui paraissent significatifs, la CTI peut demander des actions correctrices à court terme, sans que cela nuise forcément à la qualité globale du diplôme

Parfois aussi, lorsqu’une formation est nouvelle, il n’y a pas assez de recul pour l’évaluer sûrement, aussi la CTI souhaite la réexaminer avant les 6 ans du calendrier périodique. Retour en haut de liste

21. Je suis candidat à une école non habilitée, ils m’ont dit qu’ils ont un dossier en cours à la CTI.
Ne les croyez pas, certaines écoles disent depuis 10 ans qu’elles ont déposé un dossier, que la CTI n’a jamais vu. Mais surtout, l’habilitation n’est pas rétroactive, c’est une autorisation à recruter des élèves ingénieurs, elle ne concerne donc pas les étudiants en cours d’étude ni les anciens diplômés. Retour en haut de liste

22. La CTI est une commission de fonctionnaires pour les écoles publiques
La CTI a été créée par la loi, il y a 70 ans ; elle agit en toute indépendance. Elle est composée de 50 % de représentants d’organisations d’entreprises et de d’associations ou syndicats d’ingénieurs ; les autres 50 % sont des professionnels –publics ou privés- de la formation des ingénieurs.
C’est la CTI qui a défini le référentiel des formations d’ingénieurs françaises (durée des études, niveau de langues, formation en sciences humaines et économiques, stages en entreprises, etc.…). Elle évalue et expertise les écoles publiques et privées. D’ailleurs 25 % des écoles habilitées sont privées.
La CTI transmet au ministère concerné ses avis sur les écoles publiques, ses avis sont suivis dans la quasi-totalité des cas. La CTI décide de l’habilitation pour les écoles privées et le ministère de l’enseignement supérieur notifie les décisions de la CTI. Retour en haut de liste

23. Mon fils veut intégrer une école d’informatique, pourquoi n’est-elle pas habilitée ?
L’école ne demande sans doute pas l’habilitation, car la CTI exige -à côté des formations techniques très poussées- que les diplômés aient une formation scientifique large, des connaissances en langues, économie, etc..., qu’ils aient un contact avec la recherche.

Certaines écoles et certains jeunes ne veulent faire que de l’informatique à partir du bac. Les écoles habilitées, la CTI et beaucoup de professionnels estiment que des connaissances larges préparent mieux les jeunes à une carrière de 40 ans où la mobilité thématique est évidemment nécessaire.

Donc cette école ne forme pas des ingénieurs avec une spécialité en informatique mais des experts informatiques, comme ils l’indiquent justement. Vu les besoins actuels, tous trouvent rapidement un emploi, mais il faut penser au long terme. Retour en haut de liste

24. J’ai un handicap d’audition et d’expression orale, comment puis-je satisfaire les critères de la CTI pour l’anglais ?
La CTI fixe les critères pour l’obtention du titre d’ingénieur, mais encourage les écoles à adapter leurs études pour accueillir les élèves handicapés. C’est au jury de l’école d’adapter à votre handicap les modalités et les objectifs des contrôles pour l’obtention du diplôme.
Retour en haut de liste

25. Est-il possible de devenir ingénieur par l’apprentissage ?
Oui bien sûr ; ce mode de préparation au diplôme - déjà existant depuis des dizaines d’années - s’est beaucoup développé récemment. La CTI a établi un référentiel pour les écoles afin que la formation des ingénieurs par apprentissage ait la même légitimité et atteigne les mêmes compétences que les diplômés par la voie étudiante.
L’apprentissage -ouvert à tous- est plus particulièrement réservé aux jeunes qui préfèrent une approche plus pratique et plus inductive, et qui seraient rebutés par des études trop théoriques. Mais, l’apprentissage est exigeant et demande de l’investissement personnel.
Désormais, il y a plus de 80 écoles (sur 200) qui ont des cursus par apprentissage, et vous pouvez choisir parmi plus de 130 spécialités.
_Retour en haut de liste

26. Pourquoi des écoles non habilitées peuvent-elle préparer au BTS et pas au titre d’ingénieur ?
Ce sont des diplômes très différents. Le BTS est un examen national, comme le baccalauréat ; on peut même s’y présenter comme candidat libre.
Le titre d’ingénieur est le diplôme d’une école ; il est décerné non sur concours, mais par une évaluation continue dans une école ; la loi oblige toute personne qui s’intitule « ingénieur diplômé » de faire suivre immédiatement du nom de l’école.
Il ne peut donc être décerné que par une école habilitée, et la CTI exige que le futur diplômé y passe au moins 4 semestres.. La seule exception est le diplôme par l’Etat (ingénieur DPE) mais qui nécessite tout de même de s’inscrire pour l’obtenir dans une école habilitée par la CTI.
Un décret en 2002 a décidé que les ingénieurs diplômés avaient de droit le grade de master, qui est le titre reconnu dans l’espace européen, et permet d’avoir accès aux études de doctorat. Retour en haut de liste

27. Pourquoi la CTI a-t-elle été créée ?
La CTI est une des plus ancienne agence d’accréditation en Europe. Elle a été créée par la loi en 1934, parce qu’à cette époque, il se créait beaucoup d’écoles privées « techniques supérieures » de qualité très variable ; la CTI a été chargée de les inspecter et d’habiliter celles qui satisfaisaient des critères de qualité.
On voit que cette mission est toujours d’actualité !
Plus récemment, la CTI a été chargée d’évaluer et de donner des avis sur les écoles publiques. Retour en haut de liste

28. Est-il possible d’obtenir le titre d’ingénieur par validation de l’expérience (VAE) ?
Bien sûr, la VAE permet à des professionnels en entreprise (par exemple, des techniciens ayant plusieurs années d’expérience au niveau ingénieur) d’obtenir le titre d’ingénieur d’une école habilitée, dont le profil correspond aux compétences qu’ils ont acquises.
A l’issue d’un processus comprenant l’élaboration d’un dossier et le passage devant un jury, le candidat peut se voir décerner le titre d’ingénieur de l’école ou un diagnostic lui donnant les compétences qu’il lui est encore nécessaire d’acquérir.
Attention, aux fausses VAE utilisées par des arnaques sur internet. ; adressez-vous directement aux écoles habilitées. Retour en haut de liste

29. J’ai un titre d’ingénieur par la VAE décerné par l’UMI (par exemple, il y en a beaucoup d’autres), est-il reconnu par la CTI ?
Evidemment non. L’UIM est l’ « Université Multiculturelle Internationale », basée en République Dominicaine, qui délivre des titres d’ingénieur moyennant finances, après examen de votre CV.
L’UIM et beaucoup d’autres sont des « usines à diplômes », Wikipedia –en anglais- les définit comme « des organisations qui délivrent des diplômes sans périodes d’étude, non reconnus par les autorités académiques..., sur de vagues validations de l’expérience ». Retour en haut de liste

30. J’ai entendu dire que la CTI était opposée à l’année de césure, est-ce vrai ?
L’année de césure est une année –souvent avant la dernière année de formation d’ingénieur-pendant laquelle l’élève interrompt ses études pour réaliser un projet personnel, travailler en entreprise ou acquérir une expérience internationale.
La CTI ne s’y oppose pas du tout, mais elle a établit des règles pour stopper des dérives observées dans certaines écoles. L’année de césure doit être un projet individuel de l’élève et pas une règle imposée par l’école ; le statut de l’élève doit être clair notamment en ce qui concerne les droits de scolarité, la valorisation en crédits de cette année, la conformité à la législation sur les stages, la couverture sociale, etc... Retour en haut de liste

31. Les écoles habilitées par la CTI sont-elles meilleures que les autres ?
« Meilleur » est un adjectif très vague, parlons ici seulement des débouchés. Il y a des formations non habilitées, publiques ou privées- sérieuses, qui offrent des débouchés professionnels intéressants ; la CTI n’a pas l’ambition d’avoir un monopole.
Certaines ne sont pas habilitées car elles ont un projet de formation différent de celui de l’ingénieur diplômé, comme les masters des universités ou les diplômes de certaines écoles privées en 5 ans. D’autres ne le sont pas, car elles ne le peuvent pas, parce que leur corps enseignant est insuffisant en compétence ou en nombre de permanents, les moyens humains et pédagogiques déficients, la sélection des entrants inexistante ou insuffisante, etc...
Le rôle de la CTI est double :

  • Assurer les jeunes et les entreprises que les formations habilitées satisfont des critères de qualité, régulièrement vérifiés par une organisation indépendante, reconnue au niveau européen et international.
  • Assurer que les formations habilitées délivrent un diplôme à spectre large, combinant base scientifique, compétences techniques et professionnelles, formation économique et humaine, expérience en entreprise et ouverture internationale.
    Dans le maquis des offres de formations toutes plus alléchantes et communicantes les unes que les autres, en quoi pouvez-vous avoir confiance : dans les institutions qui se décernent elles-mêmes des certificats d’excellence ou dans celles qui se soumettent au regard extérieur, à l’évaluation d’experts français ou étrangers ? Retour en haut de liste

32. Mon cousin a été embauché comme ingénieur par une entreprise qui ne tient aucun compte des habilitations par la CTI ?
La CTI ne revendique aucun monopole ; le « marché » de l’emploi des ingénieurs est libre en France (ce qui n’est pas le cas dans beaucoup de pays). Par ailleurs, au fil des ans et de l’expérience professionnelle accumulée, le rôle du diplôme perd de l’importance – et c’est heureux.
Comme beaucoup, la CTI pense même que le diplôme initial joue trop longtemps un rôle dans la vie professionnelle par rapport à l’expérience.
Mais l’entrée réussie dans la vie professionnelle, la mobilité internationale nécessitent des repères, des certifications reconnues par tous, c’est le rôle de la CTI.
La CTI reçoit beaucoup de messages de jeunes, qui après quelques années professionnelles veulent changer d’entreprise, travailler à l’étranger, et qui ont des difficultés parce que leur diplôme n’est pas reconnu. Retour en haut de liste

33. Pourquoi la CTI exige-t-elle qu’un élève passe un temps d’étude minimum dans une école pour avoir son diplôme ?
Quelle est la règle :
Le diplôme de l’établissement français ne peut être délivré qu’à des élèves ingénieurs (français ou étrangers) ayant passé quatre semestres sous le contrôle de l’établissement français, dont au moins trois semestres de présence effective dans l’établissement, le quatrième semestre pouvant être un stage en entreprise effectué en France ou à l’étranger sous son contrôle (et éventuellement celui de l’établissement partenaire).
Cette règle fondamentale n’est pas une lubie technocratique, elle est basée sur le fait qu’un titre d’ingénieur est un diplôme d’une école bien spécifiée, ce qui implique qu’il ne puisse être délivré à quelqu’un qui n’y aurait pas passé une part suffisante de sa formation ; cette part est fixée à 4 semestres, durée estimée par la CTI comme nécessaire pour que les élèves soient suffisamment imprégnés de la formation dont ils recevront le diplôme. Dans certains cas, à l’étranger, la durée de cette « imprégnation » nécessaire est estimée à 3 ans. Retour en haut de liste

34. Ingénieur diplômé, puis-je m’inscrire en doctorat ?
Le titre d’ingénieur donne de droit le grade de master depuis que ce dernier a été créé (décret d’avril 2002). Donc vous avez accès aux études doctorales.
Cependant, il y a une sélection pour s’inscrire en doctorat. Si vous voulez vous orienter vers la recherche, il vaut mieux avoir démontré auparavant votre intérêt et vous y être préparé (par exemple avec une expérience en laboratoire). Des écoles proposent en parallèle avec la dernière année, et avec des enseignements complémentaires, la préparation d’un master avec cet objectif. Mais ce n’est pas obligatoire. Retour en haut de liste

35. Pourquoi la CTI n’est pas favorable au titre d’ingénieur manager ?
La CTI n’est pas favorable au titre d’ingénieur manager obtenu en 5 ans après le bac ; elle estime qu’on ne peut à la fois acquérir en 5 ans les compétences de base d’un ingénieur et celles d’un manager.
Elle estime que cette double compétence relève de deux diplômes et donc d’un rallongement des études. De plus en plus d’écoles proposent en accord avec une école de management ou un IAE un cursus bi-diplômant commençant par des études d’ingénieur classique incluant à partir de la 5e année (parfois du dernier semestre de la 4e année) une option -parmi d’autres - orientée management qui s’ajoute à la formation économique et humaine que la CTI exige pour tout diplôme d’ingénieur. 
Cette formation au long du cursus ingénieur + les enseignements optionnels + un enseignement complémentaire au delà des 5 ans sont validés par une école de management ou un IAE pour délivrer un second diplôme de management.
Mais la CTI ne valide que la partie « ingénieur », c’est la responsabilité de l’autre établissement de faire certifier la partie « manager ». Retour en haut de liste

36.Je suis étudiant dans un établissement qui vient d’être habilité, qu’est-ce que cela change pour moi ?
Hélas rien, l’habilitation à partie d’une date donnée est un droit à recruter des élèves-ingénieurs, mais ne concerne pas les étudiants déjà engagés dans les études.
Inversement, si une formation n’est plus habilitée à partir d’une date donnée, elle ne peut recruter des élèves-ingénieurs, mais les élèves engagés dans les études ont le droit de les finir et d’obtenir le titre d’ingénieur (s’ils satisfont les conditions prévues par le règlement des études). Retour en haut de liste

37.Je suis technicien supérieur et ai travaillé depuis plusieurs années comme cadre, puis-je obtenir le titre d’ingénieur diplômé ?
Vous avez deux possibilités :
Le titre d’ingénieur diplômé par l’Etat (IDPE) dont le détail vous est donné sur ce site officiel. Pour cela notamment, vous devez subir une épreuve orale et une épreuve écrite (un mémoire) devant un jury national. La préparation de ces épreuves est faite dans des écoles habilitées dont la liste est publiée au Journal Officiel. Notez que l’Ecole chez soi fait une publicité illégale sur sa capacité à préparer le IDPE, alors qu’elle n’est pas dans la liste des écoles habilitées.
Le titre d’ingénieur d’une école par la Validation des acquis de l’Expérience (VAE) ; la VAE concerne l’ensemble des diplômes nationaux (voir le site dédié). Pour le titre d’ingénieur, voir la rubrique.
Retour en haut de liste

38.Quelle est la différence entre accréditation et habilitation ?
L’accréditation est un jugement sur la conformité d’une formation ou d’une école à un référentiel établi par un organisme indépendant ; la CTI est donc un organisme d’accréditation pour le titre d’ingénieur diplômé. L’habilitation est l’acte, pris par un ministère par exemple, qui transforme l’accréditation en disposition légale et/ou réglementaire publiée au Journal Officiel..
Le ministère de l’enseignement supérieur habilite les formations d’ingénieurs accréditées par la CTI : la loi implique qu’il doit suivre les décisions de la CTI pour les écoles privées, alors que pour les écoles publiques, la CTI émet des avis que le ministère peut ne pas suivre (même si dans les faits, il suit toujours la CTI). Retour en haut de liste

39.J’ai entendu parler du titre d’Ingénieur Diplômé par l’Etat (IDPE), qu’est-ce que c’est ?
_Il s’agit d’une modalité de Validation des Acquis de l’expérience spécifique pour les personnes pouvant faire valoir 5 ans d’expérience professionnelle au niveau ingénieur. Elles préparent leur dossier avec une école habilitée, dont la liste est publiée au Journal Officiel Voir le site officiel. Leur dossier est évalué par un jury national ; le diplôme d’ingénieur délivré n’est pas celui de l’école qui les a préparées (différence avec la VAE), mais un titre d’ingénieur diplômé par l’Etat.
Retour en haut de liste

40. Est-ce que le mot ingénieur/engineer a le même sens dans tous les pays ?
A l’échelle internationale, « ingénieur/engineer » fait référence d’une part à un titre acdémique, d’autre part à une qualification professionnelle. Chaque pays gère cette dualité selon ses lois. Dans certains pays, le titre n’est pas réglementé ou même n’existe pas ; en France le titre est réglementé et ne peut être délivré que par des établissements habilités via la CTI. La profession d’ingénieur est parfois réglementée, il faut être inscrit à un « ordre d’ingénieurs » pour pouvoir exercer ; elle est parfois non réglementée comme c’est le cas en France.
Enfin dans certains pays, le titre d’« ingénieur/engineer » correspond à un niveau de licence/bachelor ; dans d’autres, c’est un master, comme en France. Parfois les 2 niveaux coexistent.
Retour en haut de liste

41. J’ai lu qu’une université chinoise délivrait un titre d’ingénieur habilité ; est-ce possible ?
La loi française permet à la CTI d’évaluer et d’accréditer des diplômes étrangers. Ce sont des formations de master diplômées par une université étrangère, certaines sont organisées et pilotées par des écoles françaises, d’autres non. Les diplômes étrangers délivrés sont reconnus par la France ; les diplômés ont le droit de porter le titre d’ingénieur diplômé, leurs formations sont dans la liste publiée au Journal Officiel, à côté des écoles françaises.
Ainsi des universités en Suisse, en Belgique, en Bulgarie, en Afrique, en Chine, au Viet Nam, etc. sont accréditées par la CTI ; ceci prouve la qualité internationale reconnue de la formation des ingénieurs « à la française » et la réputation internationale de la CTI.
Retour en haut de liste

42. Peut-on obtenir le titre d’ingénieur dans une université ?
Historiquement (au 19e et durant la première moitié du 20e siècle), les ingénieurs étaient formés dans des écoles extérieures aux universités. Depuis plusieurs dizaines d’années, les universités ont créé des écoles internes, qui peuvent être habilitées à délivrer des titres d’ingénieurs. Désormais, la quasi totalité des universités qui ont une orientation scientifique (45 environ) ont des formations d’ingénieurs habilitées ; près de 20 % des ingénieurs diplômés le sont dans ces écoles internes. Le réseau le plus étendu de ce type d’écoles est le réseau Polytech. Voir la note d’information.
Retour en haut de liste

43. J’ai perdu l’original de mon diplôme, que faire ?
Voici ce que disent les textes officiels : http://www.education.gouv.fr/bo/2006/47/MENS0603037C.htm
Toute personne peut demander que soit établi un duplicata de son diplôme si le document original a été détruit, perdu ou volé.
Seuls le ou les établissement(s) qui ont délivré le diplôme original sont habilités à remettre un duplicata qui est établi sur l’imprimé officiel dans les mêmes formes que l’original et affecté d’un nouveau numéro. La mention “duplicata” apparaît sur le diplôme et une comptabilité des duplicata est tenue à jour par chaque établissement.
_Concernant la procédure spécifique à suivre et les pièces justificatives à apporter (déclaration de sinistre, récépissé de plainte, déclaration sur l’honneur, etc...). dans le cas du diplôme d’ingénieur, il faut s’adresser à l’établissement qui a délivré le diplôme original.

Retour en haut de liste


Haut de page
Mise à jour le 2 décembre 2016  | Tout droit réservé CTI 2008 - 2016 | Espace privé | Site réalisé avec SPIP par Indétendance