Références et orientations - Livre 1

C.4.1 - Formation en entreprise

Pour rappel, la CTI entend par "entreprise" une structure nationale ou internationale, publique ou privée, qui exerce une activité économique directe ou indirecte, résultant de la production de biens et / ou de services.

Les compétences acquises en entreprise sont décrites, spécifiées et évaluées en cohérence avec le référentiel. Si une période en entreprise ne couvre vraisemblablement pas toujours toutes les compétences du référentiel, il est néanmoins important que celles qui sont mobilisées soient évaluées.

FORMATION EN ENTREPRISE
FISE FISA
Dans la formation sous statut d’étudiant, la formation en entreprise est réalisée à l’occasion des stages.

Les stages de formation des élèves ingénieurs en milieu professionnel ont pour finalité le développement de compétences figurant dans le référentiel de la formation.

Leur diversité permet au futur ingénieur de mieux explorer, en situation, les diverses facettes de la vie professionnelle.

L’école promeut les stages réalisés dans les PME, TPE et start-up.

Les stages sont gérés avec rigueur ; ils sont définis en conformité avec la règlementation en vigueur, encadrés et évalués en termes d’acquisition de compétences, font l’objet d’une convention et donnent lieu à l’attribution de crédits ECTS. 

La formation se conclut par un stage long réalisé le plus souvent en entreprise (stage de fin d’études). Lors de ce stage, l’élève-ingénieur doit mettre en œuvre les acquis de sa formation, en produisant une contribution originale répondant aux besoins de l’organisme d’accueil.

Les périodes en entreprises font systématiquement l'objet d'une restitution par l'élève selon les modalités définies par l'école. 

Aucun ingénieur ne peut être diplômé s’il n’a pas effectué un parcours minimum en entreprise sous forme de stage, encadré, évalué en termes de compétences et donnant lieu à l’attribution de crédits ECTS.

Dans le cas d’une formation sous statut d’étudiant, la CTI impose un nombre minimum de 28 semaines cumulées de stages, prioritairement en entreprise, en France ou à l'international.

Lorsque le projet professionnel de l’élève ingénieur a une composante recherche affirmée, un stage long en laboratoire de recherche peut être substitué au stage long en entreprise. Dans ce cas, la durée minimale de stage en entreprise peut être ramenée à 14 semaines.
L’apprenti passe environ la moitié de ses six semestres de formation sous la forme de périodes d’alternance dans l’entreprise qui l’emploie.

L’expérience en entreprise est considérée comme une dimension essentielle de la formation des ingénieurs. Elle représente une part importante de la formation.

L’expérience en entreprise est définie, encadrée et évaluée en termes d’acquisition de compétences. Chaque période (ou regroupement de périodes) en entreprise donne lieu à l’attribution de crédits ECTS, au même titre que les unités d’enseignement dispensées en école.

La formation se conclut par la production d’un mémoire de fin d’études lié à une contribution originale répondant aux besoins de l’entreprise.

Le total des crédits attribués aux périodes en entreprise doit être significatif et donc compris entre 1/3 et 1/2 du total délivré, le complément valorisant les compétences acquises durant les périodes académiques.

La complémentarité de l’école et l’entreprise doit être clairement établie, à la fois en termes d’objectifs d’acquisition et de chronologie. Un document spécifique sur les rôles de chacun doit exister en lien avec les compétences décrivant la formation au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).


Les périodes en entreprises font systématiquement l'objet d'une restitution par l'élève selon les modalités définies par l'école. 

 

Cf R&O livre 2