« Taux d’abandon en formation d’ingénieur » par Laurent Mahieu


Illustration

L’AQU, Agence d’assurance Qualité de la Catalogne, s’est adressée à la CTI afin d’avoir une indication des taux d’abandon en formation d’ingénieurs. Elle souhaitait en effet disposer de points de repère internationaux pour l’analyse des formations d’ingénieurs en Catalogne.

Cette demande a été l’occasion d’une première analyse transverse des données certifiées par les écoles d’ingénieurs en ce qui concerne les données des rubriques IV.6 et IV.7. Dans cette première note, nous nous intéressons uniquement au taux d’abandon des étudiants recrutés post-bac.

Quelques constats rapides :

On dénombre 13 580 recrutés post bac sur la base des données fournies par 98 écoles, déclarant soit des recrutés soit des taux d’échec. Cependant, 14 écoles ont fourni des données incomplètes ou incohérentes :

  • 7 écoles ont indiqué des recrutés mais n’ont pas renseigné les données de taux de passage
  • 3 écoles ont indiqué des taux de passage mais pas de recrutés
  • 5 écoles ont indiqué des taux de passage cumulés différents franchement de 100 % (dont une n’a pas indiqué de recrutés)

Les 84 écoles restantes rassemblent 12 517 élèves sur lesquels :

  • 80,9 % sont passés directement en deuxième année
  • 05,8 % ont redoublé
  • 13,3 % ont été réorientés ou exclus ou ont démissionné

Concernant le passage direct en 2ème année :

  • 15 écoles affichent un taux supérieur ou égal à 90 %
  • 35 écoles un taux compris entre 80 et 90 %
  • 19 écoles un taux compris entre 70 et 80 %
  • 15 écoles un taux inférieur à 70 %

Concernant les réorientations / exclusions / démissions, 40 % des écoles présentent un taux d’abandon supérieur à 20 %,  10 écoles présentent un taux supérieur ou égal à 25 % dont 4 supérieur à 33 %. Ces situations « extrêmes » interrogent soit sur la qualité du processus de recrutement, soit sur la qualité de l’accompagnement.
En excluant les données extrêmes de chaque côté du spectre (10 % des écoles au taux d’abandon le plus faible ou le plus fort), sur la base des 68 écoles restantes, les résultats moyens sont identiques.

Ramené à la population totale, le taux de 13,3 % des recrutés post-bac qui démissionnent, sont exclus, ou se réorientent, correspond à plus de 1 800 jeunes gens.

Voici donc des éléments qui interpellent la Commission sur différents aspects :

  • la non-qualité présente encore dans les données saisies et pourtant certifiées par le directeur de l’école
  • le nombre conséquent d’écoles présentant un taux d’abandon supérieur à 20 % qu’il conviendrait de mieux expliciter dans les rapports d’autoévaluation
  • l’effectif total des jeunes qui sont amenés à se réorienter à l’issue d’une première année en école d’ingénieurs