Initiatives en faveur des étudiants réfugiés


En France, des initiatives se multiplient en faveur des étudiants réfugiés. Celles-ci sont coordonnées par les acteurs de l’enseignement supérieur et par les instances liées aux relations diplomatiques et internationales, en France, en Europe et dans le monde.

La Commission des titres d’ingénieur exprime son soutien aux initiatives des réseaux, des universités et des écoles dans l’accueil et l’accompagnement et l’orientation des étudiants réfugiés.

Concernant l’accueil des étudiants au profil scientifique qui souhaiteraient reprendre ou poursuivre des études d’ingénieur en France, la CTI indique que les critères de la CTI, exprimés dans le référentiel R&O, en particulier le chapitre D du Livre 1, accordent une autonomie et une souplesse aux écoles en ce qui concerne les critères d’admission et de validation des compétences acquises (VAE, VAP). Le parcours conduisant à la délivrance du titre d’ingénieur diplômé par l’État (IDPE) devrait également constituer une source riche en enseignements.

La CTI souhaite relayer les initiatives des écoles d’ingénieur, comme celle de l’École des Ponts ParisTech que décrit Jörg Eschenauer, président du département Langues et cultures de l’école :

« A l’initiative de l’association d’élèves « Dévelop’Ponts« , l’École des Ponts ParisTech a mis en place à la rentrée 2016 un programme pour des « étudiants invités » qui a permis d’accueillir et d’accompagner des étudiants, demandeurs d’asile ou réfugiés ayant un cursus scientifique antérieur.
L’apprentissage du Français Langue Étrangère (FLE) jouant un rôle central pour la réussite de l’intégration de ces étudiants, le Département Langues et Cultures de l’École et sa section de FLE sont fortement impliqués dans ce projet. Les principaux axes définis sont l’insertion sociale et l’insertion académique, au service de la préparation d’un projet de reprise d’études ou professionnel en France. Chaque « étudiant invité » fait partie d’un trinôme lui associant un élève de l’École et un enseignant scientifique ou un agent de l’École.
Le programme a été prolongé pour l’année académique 2017/18 dans le cadre d’une convention renouvelée et signée par l’association Dévelop’Ponts et l’École des Ponts.
Ce type de programme, porté par un collectif d’associations national, tend à se développer dans de nombreux établissements français d’enseignement supérieur et correspond aussi bien au défi humanitaire de notre époque qu’aux intérêts sociaux et économiques de la France. »

A noter également : un projet soutenu par le Conseil de l’Europe a été mis en œuvre par 4 pays : Grande-Bretagne, Grèce, Italie, Norvège : « European Qualifications Passport for Refugees » basé sur les principes de la Convention de Lisbonne sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur.

Illustration du COE montrant Rawaa, étudiante ayant obtenu le passeport

Les premiers passeports ont été délivrés en mars 2017 pour une durée de 5 ans et les informations enregistrées dans une base de données européenne gérée par l’Italie. En novembre 2017, le Bureau de la Convention de Lisbonne publiera des recommandations concernant le cas spécifique des réfugiés.

Vous souhaitez faire connaitre votre action solidaire ? Contactez-nous à