Références et orientations - Livre 1

II.3.1 - La formation initiale sous statut d’étudiant (FISE)

Dans ce mode de formation, le plus ancien et de loin le plus répandu dans les écoles d’ingénieurs, l’élève ingénieur acquiert un ensemble de connaissances, de capacités et de compétences au cours d’un cycle d’enseignement supérieur de dix semestres comportant des enseignements scientifiques pluridisciplinaires, des formations technologiques et des enseignements en sciences économiques, humaines et sociales (management, communication, gestion, éthique…). La formation par projets, par études de cas, par l’expérimentation, la simulation et la pratique y développe le sens du concret et de l’innovation.

La formation comporte, éventuellement de façon combinée, des périodes ou phases d’immersion en milieu professionnel et international.

La formation peut être réalisée, uniquement pendant sa dernière année, sous contrat de professionnalisation avec une entreprise. Dans ce cas, les élèves concernés ont le statut de salarié d’une entreprise. Des aménagements de cursus doivent permettre une réelle alternance en école et entreprise.

II.3.1.1 - Le cursus conjoint à l’international

Le cursus conjoint à l’international est un cursus original intégré et spécifique suivi par un groupe (cohorte) rassemblant des étudiants de deux établissements ou plus de pays différents. Chaque cohorte est constituée, si possible de façon équilibrée, par des étudiants des établissements mettant en œuvre le cursus. Cette cohorte effectue son parcours de formation en alternance géographique entre les établissements d’origine. Le cursus débouche soit sur un diplôme conjoint unique, soit sur un diplôme de chacun des établissements partenaires.

II.3.1.2 - Les cursus bi-diplômants à l’international (souvent appelés doubles diplômes internationaux)

La notion de cursus bi-diplômant à l’international recouvre la possibilité pour un élève ingénieur français ou étranger de se voir décerner les diplômes de deux établissements portant sur le même domaine, l’un en France, l’autre à l’étranger, dans lesquels il a effectué une partie suffisante (au regard des règlements nationaux ou de l’établissement le régissant) de son cursus. La CTI vérifiera que la formation délivrée dans l’établissement à l’étranger permettra d’acquérir les compétences relatives au diplôme d’ingénieur de l’école.

Une prolongation de scolarité est souvent nécessaire, en particulier lorsque les thématiques étudiées dans les deux établissements diffèrent sensiblement.

II.3.1.3 - Les cursus bi-diplômants en France (souvent appelés doubles diplômes français)

La notion de cursus bi-diplômant en France recouvre la possibilité pour un élève ingénieur d’une école française de se voir décerner, outre le diplôme de cet établissement, le diplôme d’un autre établissement français, dans lequel il a effectué une partie suffisante (au regard de la réglementation le régissant) de son cursus : l’autre établissement, relevant d’un autre domaine et pouvant être une autre école d’ingénieurs ou un établissement d’architecture, de gestion, de management, une université etc… L’acquisition des compétences nécessaires à l’attribution des deux diplômes conduit dans la plupart des cas à un allongement de la scolarité.

Certaines écoles proposent à leurs élèves d’accéder à ces « doubles diplômes » en aménageant leur scolarité afin de leur permettre de préparer le second diplôme en parallèle avec une partie définie et significative de la formation d’ingénieur.