Références et orientations - Livre 1

III.4 - Les intitulés des titres d’ingénieur

Il existe plusieurs modalités de délivrance du titre d’ingénieur qui influent sur la forme de la maquette du diplôme. Celle-ci est réglementée. Il y a lieu d’être vigilant car on constate en effet dans la pratique l’utilisation d’intitulés pouvant porter à confusion vis-à-vis des candidats ou des employeurs : « expert en ingénierie », voire l’utilisation du terme « diplôme d’ingénieur » pour des formations pour lesquelles l'établissement n'est pas accrédité.

III.4.1 - Le titre d’ingénieur diplômé d’une école

Quelle que soit la voie choisie (sous statut d’étudiant, d’apprenti, de stagiaire de la formation continue, par la VAE…), le diplôme est celui de l’établissement qui la met en œuvre et s’en porte garant. L’accréditation proposée ou décidée par la CTI est donc accordée à l’école ou à l’établissement pour délivrer le diplôme correspondant à une voie donnée. Le libellé du diplôme est règlementé par la circulaire ministérielle de 2015 (MENS1507196C n° 2015-0012) et prend la forme suivante :

« Ingénieur diplômé de l’École …, éventuellement de l’Établissement …, éventuellement Spécialité …, éventuellement en partenariat ou en convention avec … »


Le nom de l’école, apparaissant sur le diplôme, correspond à l’appellation règlementaire qui figure dans l’arrêté interministériel fixant la liste des écoles accréditées pour délivrer un titre d’ingénieur diplômé, et non à l’appellation usuelle, parfois différente, utilisée à des fins de communication.

Le libellé du diplôme ne précise pas la voie de formation suivie (statut d’étudiant, d’apprenti, formation continue, validation des acquis de l’expérience) : quand plusieurs voies sont offertes au sein d’une même formation, celles-ci sont basées sur le même référentiel de compétences et conduisent au même diplôme.

L'intitulé officiel de la spécialité, si elle existe, doit être constitué à partir d’un ou de deux libellés pris au sein de la liste officielle définie chaque année par la CTI, et élaborée après concertation avec ses parties prenantes. Cette liste bilingue (français-anglais) est conçue de façon à éviter une trop grande dispersion des intitulés des spécialités qui nuirait à leur lisibilité, ainsi qu’une dénomination trop restrictive qui serait dommageable à l’évolution de la carrière du titulaire du diplôme.

Les institutions peuvent, dans leur communication, s’identifier par un « nom de marque » librement choisi qui pourra différer de leur nom réglementaire et caractériser chaque spécialité par un nom d’usage ou une liste d’un maximum de dix mots-clés choisis par l’école.

Dans ses publications, la CTI citera les deux niveaux d’information : « nom officiel de l’institution », le cas échéant « nom officiel de la spécialité » et d’autre part le nom d’usage éventuel (nom de marque) et les mots-clés des formations définis par l'école.

Lien vers la délibération fixant la liste des intitulés de spécialité, publiée sur le site internet de la CTI

Cf R&O Livre 3

III.4.2 - Le titre d’ingénieur de spécialisation

Le diplôme d’ingénieur de spécialisation est obtenu à l’issue d’une formation post diplôme d’ingénieur d'une durée de 12 à 18 mois (bac + 6 ou plus). 

Le diplôme prend la dénomination suivante :

  1. Si l’école a une ou plusieurs spécialités :

    « Ingénieur spécialisé en …, diplômé de l’École … »
  2. Si l’école n’a pas de spécialité :

    « Ingénieur spécialisé de l’École … »

III.4.3 - Le titre d’ingénieur diplômé par l’État (IDPE)

Le titre d’ingénieur IDPE est délivré par le ministère en charge de l’enseignement supérieur. Il est enregistré de droit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Il confère à ses titulaires le grade de master.

Le libellé du diplôme prend la forme suivante :

« Ingénieur diplômé par l’État Spécialité … »