« Quelle excellence pour demain dans les formations d’ingénieurs ? » par Laurent Mahieu


Une étude intitulée « The global state-of-the-art in engineering education – Outcomes of Phase 1 – benchmarking study » (Dr Ruth Graham, février 2017) apporte quelques éclairages internationaux intéressants sur les principaux défis à relever et les voies de réussite pour parvenir à développer les meilleurs systèmes de formation d’ingénieurs.

Cette étude, commanditée par le MIT, s’appuie sur une enquête auprès de 50 leaders d’opinion de 18 pays.

Deux questions portaient sur l’identification des institutions leaders actuelles dans la formation des ingénieurs et sur l’identification des institutions émergentes. Les établissements français ne ressortent pas dans ces classements.

Plus utiles pour l’avenir, les conclusions identifiant les défis et les voies de réussite suggérées par les personnes enquêtées pour pouvoir proposer demain les meilleurs programmes de formation. Voici une proposition de traduction des principaux défis et caractéristiques clés pour atteindre l’excellence :

DÉFIS PRINCIPAUX POSÉS AUX INSTITUTIONS DE FORMATION DES INGÉNIEURS

« Les leaders d’opinion ont été interrogés sur les principaux défis auxquels sera confronté le développement de la formation des ingénieurs dans le monde entier dans les décades à venir. Quatre préoccupations ont été systématiquement identifiées :

1)             La nature cloisonnée de nombreuses écoles et universités qui inhibe la collaboration et les apprentissages transdisciplinaires

2)             Les nomination, promotion et recrutement des enseignants, qui renforcent une culture académique ne hiérarchisant ni valorisant convenablement l’excellence de l’enseignement

3)             Le défi de fournir un enseignement de haute qualité et centré sur l’élève à des cohortes d’étudiants larges et diversifiées

4)             L’alignement entre les gouvernements et les universités dans leurs priorités et leur vision pour la formation d’ingénieurs

CARACTÉRISTIQUES CLÉS POUR ATTEINDRE L’EXCELLENCE

« Les leaders d’opinion ont souligné quatre caractéristiques clés pouvant permettre de distinguer les meilleurs programmes de formation d’ingénieurs du monde dans la décennie à venir :

  • La combinaison des technologies digitales et des pédagogies actives pour fournir une éducation de classe mondiale, centrée sur l’étudiant à destination de cohortes de grande taille
  • L’augmentation de la flexibilité, des choix et de la diversification offertes aux étudiants dans leurs études d’ingénieur
  • Des curricula qui mettent en lien les apprentissages transdisciplinaires, l’expérience internationale et l’usage de l’ingénierie pour conduire positivement le changement sociétal
  • Veiller à ce que les expériences clés d’apprentissage, tels que l’apprentissage en situation de travail et les projets de conception centrée sur l’utilisateur, ne soient pas des activités accessoires mais permettent aux élèves de réfléchir, de contextualiser et de s’appuyer sur leur apprentissage dans le reste du programme d’études»

C’est sans doute par rapport au premier de ces 4 défis que les établissements français font face à des marges de progression. Pour les autres, les perspectives identifiées par R & O constituent des points d’appui pour les transformations en cours.

On pourra utilement croiser ces réflexions avec les conclusions de l’ouvrage « Quelle excellence pour l’enseignement supérieur ? » (Jean-Marie De Ketele et alii, ed. de Boeck).